Quand l’esprit agit sur le corps.

Quand l’esprit agit sur le corps c’est ce que nous explique le Dr Deepak Chopra à travers son ouvrage: Le Corps Quantique.

Ce que nous explique la physique quantique c’est que plus l’on veut aller observer l’infiniment petit plus on se rapproche de l’image que l’observateur a dans la tête. L’observateur modifie l’observé: ce qui fait que nous pouvons avoir un certain pouvoir sur notre corps.

Si notre corps parle, notre esprit est capable de « Miracles ».  Parce qu’avec un travail de décodage biologique et de changement de nos formes-pensées nous sommes en mesure de guérir. C’est aussi se positionner, donner du sens et appliquer la méthode Coué.

Si le cocktail: « J’ai compris, je sais ce que je veux et j’y suis déjà avec toutes les émotions que suscite cet état » est bien fait: je mets toutes les chances de mon côté pour être en bonne Santé.

Cela demande effectivement de changer (au moins son état d’esprit ou son regard sur les évènements ou les choses) et cela n’est pas forcément le plus simple dans ce monde de conditionnements. Pour cela il va falloir aller au delà de vos croyances et plonger dans vos ombres et vos pensées négatives: celles qui blessent et qui remuent les tripes! « Tout se traverse! » et « Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort! » n’est-ce pas?
C’est un peu comme l’effet placebo: là il s’agit d’éliminer les effets nocebo « pensées et paroles négatives » qui condamnent avant de savoir! Changer le regard de l’observateur pour que l’observé change! C’est discipliner son esprit et faire un travail sur soi en profondeur.

Le Dr Deepak Chopra explique que le pronostic médical entrait en jeu dans la capacité de guérison des malades: la part d’espoir, de positivité et de foi en la guérison que peut laisser un diagnostic permettra ou pas au patient de guérir car le regard de l’observateur permettra alors cette guérison. Il dit: « Suite à ces découvertes, qui confirment la notion de nocebo, on a pris l’habitude de ne faire aucune remarque négative durant une opération. En fait, plus le chirurgien se montre positif, plus le malade a des chances de guérir. »

Combien l’appliquent vraiment ou sont conscient de ce pouvoir de la verbalisation lors d’un diagnostic où le pronostic ne leur semble pas correct? Changer l’état d’esprit des praticiens et des malades…?

Nous sommes plutôt dans une société où sous couvert de prendre des précautions: être alarmiste est devenu une habitude! Quelle chance laisse t’on alors à la guérison? Le patient qui s’en sort après certains diagnostics a un esprit en acier! Mais que dire des autres influençables et peu sûr d’eux-mêmes?

A méditer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.