Des plantes et des états modifiés de conscience

Dans les médecines ancestrales, le chaman incarnait le médecin et le savoir magique lié au plantes. Il utilisait les plantes pour obtenir des états modifiés de conscience et des visions afin d’obtenir la guérison.

fleur opi

Chez les Naguals et Incas, des breuvages à base de plantes hallucinogènes étaient utilisés. Les conquistadors en buvaient également. Cependant ils condamnèrent leur utilisation chez les peuples primitifs. Ils invoquèrent le prétexte de « diablerie » et de « sorcellerie ».

Des plantes « hallucinogènes »?:

De nos jours, la polémique existe toujours à propos de ces plantes à effets psychotropes. Beaucoup ont été interdites au public. Elles peuvent provoquer des états graves de dissociation voire des convulsions: par exemple l’absinthe a été utilisée par de grands artistes comme Toulouse Lautrec ou encore Van Gogh et a été accusée d’avoir été à l’origine de leur « folie ».  L’opium, produit à partir du pavot, est connu depuis les Sumériens (3000 avant JC) et était classiquement utilisé en Chine. Cet opium induisait des états de profonde relaxation et des états orgasmiques tout en entraînant des troubles de la coordination et une sévère dépendance.

opiumsmokers

Fumeurs d’opium

Un état modifié de conscience:

Ces plantes permettent d’obtenir des états de conscience modifiés. Ce sont des états de relaxation musculaire et mentale. Il peut s’y produire des visions, des perceptions extrasensorielles mais également certaines guérisons (Le cannabis aurait des bons effets anticancéreux.).

  Ce ne sont cependant pas les seules solutions. Ces états modifiés de conscience et ces guérison peuvent être obtenus sans ces plantes. Il est vrai que les plantes accélèrent le processus. Elles permettent des « déclics » chez certains. C’est pourquoi autant d’occidentaux s’aventurent en quête d’expérience avec l’Ayahuasca, cette liane hallucinogène amazonienne. Cependant faut-il être dépendant d’une plante pour toucher à ces états?

Un esprit illimité:

chamanisme primitif 1

États modifiés de conscience: l’Homme-Hirondelle

Cela permet de comprendre que nous ne sommes pas réduits à nos corps. Notre esprit est vaste et illimité. Cependant quand l’encadrement du sage chaman n’est plus là, les expériences peuvent laisser des séquelles désastreuses. On n’ouvre pas son esprit sans un bon ancrage. Notre vie ne dépend pas que de cet état. Ne pouvoir se passer de cette sensation de « planner » est un trouble qui signe parfois un profond mal être. Certains pensent même que sans ancrage, l’usage de ces plantes dont le cannabis fait des « trous » dans l’aura. Ces trous permettent à des énergies peu amicales de pénétrer notre corps et notre mental. Il faudrait donc plutôt s’attacher à comprendre ce que nous sommes, et trouver le sens de notre vie plutôt que prendre des béquilles telles que ces produits. Les états modifiés de conscience peuvent s’obtenir sans ces plantes par des techniques de respiration et de relaxation, par la méditation et la pleine conscience.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.